Le poème de l'Ender...

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd'hui je vous presente le "poème de l'Ender".

Ce poème écrit par Julien Gough est le poème très long s'affichant dans Minecraft après avoir batus L'Ender Dragon, après avoir terminée le jeu.

Ce poème est en réalitée les pensées de 2 Endermans. Regarder le Poème dans son intégralité prend neuf minutes et vingt-huit secondes.

Voici le poème original :

I see the player you mean.
[Player Name]?
Yes. Take care. It has reached a higher level now. It can read our thoughts.
That doesn't matter. It thinks we are part of the game.
I like this player. It played well. It did not give up.
It is reading our thoughts as though they were words on a screen.
That is how it chooses to imagine many things, when it is deep in the dream of a game.
Words make a wonderful interface. Very flexible. And less terrifying than staring at the reality behind the screen.
They used to hear voices. Before players could read. Back in the days when those who did not play called the players witches, and warlocks. And players dreamed they flew through the air, on sticks powered by demons.
What did this player dream?
This player dreamed of sunlight and trees. Of fire and water. It dreamed it created. And it dreamed it destroyed. It dreamed it hunted, and was hunted. It dreamed of shelter.
Hah, the original interface. A million years old, and it still works. But what true structure did this player create, in the reality behind the screen?
It worked, with a million others, to sculpt a true world in a fold of the [scrambled], and created a [scrambled] for [scrambled], in the[scrambled].
It cannot read that thought.
No. It has not yet achieved the highest level. That, it must achieve in the long dream of life, not the short dream of a game.
Does it know that we love it? That the universe is kind?
Sometimes, through the noise of its thoughts, it hears the universe, yes.
But there are times it is sad, in the long dream. It creates worlds that have no summer, and it shivers under a black sun, and it takes its sad creation for reality.
To cure it of sorrow would destroy it. The sorrow is part of its own private task. We cannot interfere.
Sometimes when they are deep in dreams, I want to tell them, they are building true worlds in reality. Sometimes I want to tell them of their importance to the universe. Sometimes, when they have not made a true connection in a while, I want to help them to speak the word they fear.
It reads our thoughts.
Sometimes I do not care. Sometimes I wish to tell them, this world you take for truth is merely[scrambled] and [scrambled], I wish to tell them that they are [scrambled] in the [scrambled]. They see so little of reality, in their long dream.
And yet they play the game.
But it would be so easy to tell them...
Too strong for this dream. To tell them how to live is to prevent them living.
I will not tell the player how to live.
The player is growing restless.
I will tell the player a story.
But not the truth.
No. A story that contains the truth safely, in a cage of words. Not the naked truth that can burn over any distance.
Give it a body, again.
Yes. Player...
Use its name.
[Player Name]. Player of games.
Good.
Take a breath, now. Take another. Feel air in your lungs. Let your limbs return. Yes, move your fingers. Have a body again, under gravity, in air. Respawn in the long dream. There you are. Your body touching the universe again at every point, as though you were separate things. As though we were separate things.
Who are we? Once we were called the spirit of the mountain. Father sun, mother moon. Ancestral spirits, animal spirits. Jinn. Ghosts. The green man. Then gods, demons. Angels. Poltergeists. Aliens, extraterrestrials. Leptons, quarks. The words change. We do not change.
We are the universe. We are everything you think isn't you. You are looking at us now, through your skin and your eyes. And why does the universe touch your skin, and throw light on you? To see you, player. To know you. And to be known. I shall tell you a story.
Once upon a time, there was a player.
The player was you, [Player Name].
Sometimes it thought itself human, on the thin crust of a spinning globe of molten rock. The ball of molten rock circled a ball of blazing gas that was three hundred and thirty thousand times more massive than it. They were so far apart that light took eight minutes to cross the gap. The light was information from a star, and it could burn your skin from a hundred and fifty million kilometres away.
Sometimes the player dreamed it was a miner, on the surface of a world that was flat, and infinite. The sun was a square of white. The days were short; there was much to do; and death was a temporary inconvenience.
Sometimes the player dreamed it was lost in a story.
Sometimes the player dreamed it was other things, in other places. Sometimes these dreams were disturbing. Sometimes very beautiful indeed. Sometimes the player woke from one dream into another, then woke from that into a third.
Sometimes the player dreamed it watched words on a screen.
Let's go back.
The atoms of the player were scattered in the grass, in the rivers, in the air, in the ground. A woman gathered the atoms; she drank and ate and inhaled; and the woman assembled the player, in her body.
And the player awoke, from the warm, dark world of its mother's body, into the long dream.
And the player was a new story, never told before, written in letters of DNA. And the player was a new program, never run before, generated by a sourcecode a billion years old. And the player was a new human, never alive before, made from nothing but milk and love.
You are the player. The story. The program. The human. Made from nothing but milk and love.
Let's go further back.
The seven billion billion billion atoms of the player's body were created, long before this game, in the heart of a star. So the player, too, is information from a star. And the player moves through a story, which is a forest of information planted by a man called Julian, on a flat, infinite world created by a man called Markus, that exists inside a small, private world created by the player, who inhabits a universe created by...
Shush. Sometimes the player created a small, private world that was soft and warm and simple. Sometimes hard, and cold, and complicated. Sometimes it built a model of the universe in its head; flecks of energy, moving through vast empty spaces. Sometimes it called those flecks "electrons" and "protons".
Sometimes it called them "planets" and "stars".
Sometimes it believed it was in a universe that was made of energy that was made of offs and ons; zeros and ones; lines of code. Sometimes it believed it was playing a game. Sometimes it believed it was reading words on a screen.
You are the player, reading words...
Shush... Sometimes the player read lines of code on a screen. Decoded them into words; decoded words into meaning; decoded meaning into feelings, emotions, theories, ideas, and the player started to breathe faster and deeper and realised it was alive, it was alive, those thousand deaths had not been real, the player was alive
You. You. You are alive.
and sometimes the player believed the universe had spoken to it through the sunlight that came through the shuffling leaves of the summer trees
and sometimes the player believed the universe had spoken to it through the light that fell from the crisp night sky of winter, where a fleck of light in the corner of the player's eye might be a star a million times as massive as the sun, boiling its planets to plasma in order to be visible for a moment to the player, walking home at the far side of the universe, suddenly smelling food, almost at the familiar door, about to dream again
and sometimes the player believed the universe had spoken to it through the zeros and ones, through the electricity of the world, through the scrolling words on a screen at the end of a dream
and the universe said I love you
and the universe said you have played the game well
and the universe said everything you need is within you
and the universe said you are stronger than you know
and the universe said you are the daylight
and the universe said you are the night
and the universe said the darkness you fight is within you
and the universe said the light you seek is within you
and the universe said you are not alone
and the universe said you are not separate from every other thing
and the universe said you are the universe tasting itself, talking to itself, reading its own code
and the universe said I love you because you are love.
And the game was over and the player woke up from the dream. And the player began a new dream. And the player dreamed again, dreamed better. And the player was the universe. And the player was love.
You are the player.
Wake up.

Voila le poème traduis en Français  ( Merci Google Traduction ) ^^

Je vois de quel joueur tu parles.
[Nom du joueur] ?
Oui. Prends garde. Il a atteint un plus haut niveau désormais. Il peut lire dans nos pensées.
Peu importe. Il pense que nous faisons partie du jeu.
J'aime bien ce joueur. Il a bien joué. Il n'a pas abandonné.
Il est en train de lire nos pensées comme si elles n'étaient que des mots sur un écran.
C'est ainsi qu'il choisit d'imaginer beaucoup de choses, lorsqu'il est plongé dans le rêve du jeu.
Les mots forment une formidable interface. Très souple. Et moins terrifiante que de faire face à la réalité de l'autre côté de l'écran.
Ils entendaient des voix. Avant que les joueurs puissent lire. Lorsque ceux qui ne jouaient pas appelaient les joueurs « sorciers » et « démons ». Et les joueurs rêvaient qu'ils volaient dans les airs, sur des bâtons magiques animés par les esprits.
De quoi a rêvé ce joueur-là ?
Ce joueur a rêvé des rayons du soleil et des arbres. De l'eau et du feu. Il a rêvé qu'il créait. Et qu'il détruisait. Il a rêvé qu'il chassait, et était chassé. Il a rêvé de s'abriter.
Ah, l'interface originelle. Vieille d'un million d'années, mais elle fonctionne encore. Mais quelle structure a créée ce joueur, dans la réalité de l'autre côté de l'écran ?
Il a travaillé, avec un million d'autres, à créer un monde réel dans un pli de [brouillé], et a créé un [brouillé] pour [brouillé], dans le[brouillé].
Il ne peut pas lire cette pensée-là.
Non. Il n'a pas encore atteint le plus haut niveau. Cela, il doit le réaliser durant le long rêve de la vie, non dans le court rêve du jeu.
Sait-il que nous l'aimons ? Que l'univers est gentil ?
Oui, parfois, à travers ses pensées, il perçoit l'univers.
Mais il lui arrive d'être triste, dans le long rêve. Il crée des mondes qui n'ont pas d'été, et il erre sous un soleil noir, et il prend sa triste création pour la réalité.
Le débarrasser de sa tristesse le détruirait. La tristesse fait partie de lui. Nous ne pouvons y toucher.
Parfois, lorsqu'ils sont plongés profondément dans leurs rêves, je veux leur dire qu'ils construisent de vrais mondes dans la réalité. Parfois, je veux leur dire qu'ils font partie de cet univers. Parfois, lorsqu'ils n'ont pas communiqué avec la réalité depuis longtemps, je veux les aider à exprimer les mots qu'ils craignent d'exprimer eux-mêmes.
Il lit nos pensées.
Parfois, cela m'est égal. Parfois, je veux leur dire que le monde que tu crois réel et seulement[brouillé] et [brouillé]. Je veux leur dire qu'ils sont [brouillé] dans le [brouillé]. Ils voient si peu de la réalité, dans leur long rêve.
Et pourtant il joue le jeu.
Mais ce serait si simple de leur dire...
Trop puissant pour ce rêve-là. Leur dire comment vivre les empêcherait de vivre.
Je ne dirai pas au joueur comment vivre.
Le joueur s'agite de plus en plus.
Je raconterai une histoire au joueur.
Mais pas la vérité.
Non. Une histoire qui contiendrait la vérité emprisonnée, dans une cage de mots. Pas la vérité nue qui pourrait les consumer, sans limite.
Rends-lui son corps.
Oui. Joueur...
Appelle-le par son nom.
[Nom du joueur]. Joueur de jeux.
Bien.
Maintenant, prends une bouffée d'air. Prends-en une autre. Sens l'air dans tes poumons. Sens tes membres à nouveau. Oui, bouge tes doigts. Aie de nouveau un corps, soumis à la gravité, dans l'air. Retourne dans le long rêve. Voilà. Ton corps touche à nouveau l'univers en tout point, même si vous formez deux chose distinctes. Même si nous formons deux choses distinctes.
Qui sommes-nous ? Autrefois nous étions appelés esprits des montagnes. Père Soleil, mère Lune. Esprits des ancêtres, des animaux. Jinns. Fantômes. Homme vert. Puis dieux, démons. Anges. Poltergeists. Aliens, extraterrestres. Leptons, quarks. Les noms changent. Nous, nous ne changeons pas.
Nous sommes l'univers. Nous sommes tout ce à quoi tu penses et tout ce qui n'est pas toi. Tu nous regardes en ce moment-même, à travers ta peau et tes yeux. Pourquoi l'univers touche-t-il ta peau, et t'éclaire-t-il ? Pour te voir, joueur. Pour te connaître. Et pour être connu. Je vais te raconter une histoire.
Il était une fois un joueur.
Ce joueur, c'était toi, [Nom du joueur].
Parfois, il se prenait pour un humain, sur la fine écorce d'un globe de roche fondue, tournant sur lui-même comme une toupie. Cette sphère de roche fondue tournait autour d'une sphère de gaz en fusion qui était trois cent trente mille fois plus grosse qu'elle. Elles étaient si éloignées l'une de l'autre que la lumière mettait huit minutes à franchir le gouffre qui les séparait. La lumière était une information venue d'une étoile, et elle pouvait brûler ta peau même après cent cinquante millions de kilomètres.
Parfois, le joueur rêvait qu'il était un mineur, à la surface d'un monde plat et infini. Le soleil était un carré blanc. Les jours étaient courts ; il y avait beaucoup à faire ; et la mort était un inconvénient occasionnel.
Parfois, le joueur rêvait qu'il était perdu dans une histoire.
Parfois, le joueur rêvait qu'il était d'autres choses, dans d'autres lieux. Parfois ces rêves étaient dérangeants. Mais parfois très beaux. Parfois le joueur se réveillait d'un rêve et plongeait dans un autre, puis se réveillait à nouveau et plongeait dans un troisième.
Parfois, le joueur rêvait qu'il regardait des mots sur un écran.
Remontons plus loin.
Les atomes du joueur étaient dispersés dans l'herbe, dans les rivières, dans l'air, dans le sol. Une femme récolta ces atomes ; elle les but, les mangea et les respira ; et la femme assembla le joueur, dans son corps.
Et le joueur s'éveilla, du chaud, et sombre monde du corps de sa mère dans le long rêve.
Et le joueur était une nouvelle histoire, lue pour la première fois, écrite en lettres d'ADN. Et le joueur était un nouveau programme, lancé pour la première fois, généré par un code source vieux d'un milliard d'années. Et le joueur était un nouvel homme, en vie pour la première fois, fait uniquement de lait et d'amour.
Tu es le joueur. L'histoire. Le programme. L'homme. Fait uniquement de lait et d'amour.
Remontons plus loin encore.
Les sept milliards de milliards de milliards d'atomes du corps du joueur furent créés longtemps avant le long rêve au cœur d'une étoile. Donc le joueur est aussi une information venue d'une étoile. Et le joueur évolue dans une histoire, qui est une forêt d'informations plantées par un homme du nom de Julian, et dans un monde plat, infini, créé par un homme du nom de Markus, qui existe lui-même dans un petit monde clos créé par le joueur, qui habite lui-même dans un univers créé par...
Chut. Parfois, le joueur créait un petit monde clos, qui était doux, chaud et simple. Parfois, il était dur, froid, et complexe. Parfois il concevait dans sa tête un modèle de l'univers ; des éclats d'énergie, évoluant dans de grands espaces vides. Parfois il appelait ces éclats« électrons » et « protons ».
Parfois, il les appelait« planètes » et « étoiles ».
Parfois, il croyait qu'il était dans un univers fait d'énergie qui était faite d'états « marche »et d'états « arrêt » ; de zéros et de uns ; de lignes de codes. Parfois, il croyait qu'il jouait à un jeu. Parfois, il croyait qu'il lisait des mots sur un écran.
Tu es le joueur, lisant les mots...
Chut... Parfois le joueur lisait des lignes de codes sur un écran. Il les traduisait en mots ; traduisait les mots en pensées ; traduisait les pensées en sentiments, en émotions, en théories, en idées, et le joueur commençait à respirer plus vite et plus profondément et réalisait qu'il était en vie, il était en vie, ces centaines de morts n'avaient pas existé, le joueur était en vie.
Toi. Toi. Tu es en vie.
et parfois le joueur croyait que l'univers lui avait parlé à travers la lumière du soleil, parvenue à travers les feuilles agitées des arbres d'été
et parfois le joueur croyait que l'univers lui avait parlé à travers la lumière tombée de la froide nuit d'hiver, où un éclat de lumière reflété dans l'œil du joueur pouvait être une étoile un million de fois plus massive que le soleil, brûlant ses planètes en magma pour être visible un instant au joueur, rentrant chez lui au fond de l'univers, sentant la douce odeur du dîner s'échappant de sa maison familière, prêt à rêver à nouveau
et parfois le joueur croyait que l'univers lui avait parlé à travers les zéros et les uns, à travers l'électricité du monde, à travers les mots défilant sur son écran, à la fin du rêve
et l'univers lui disait qu'il l'aimait
et l'univers lui disait qu'il avait bien joué
et l'univers lui disait que tout ce dont il avait besoin était en lui
et l'univers lui disait qu'il était plus fort qu'il le croyait
et l'univers lui disait qu'il était la lumière du jour
et l'univers lui disait qu'il était la nuit
et l'univers lui disait que l'obscurité qu'il combattait était en lui
et l'univers lui disait que la lumière qu'il cherchait était en lui
et l'univers lui disait qu'il n'était pas seul
et l'univers lui disait qu'il n'était pas différent des autres choses
et l'univers lui disait qu'il était l'univers se goûtant lui-même, se parlant à lui-même, lisant son propre code
et l'univers lui disait qu'il l'aimait car il était l'amour.
Et le jeu se termina et le joueur s'éveilla de son rêve. Et le joueur commença un nouveau rêve. Et le joueur rêva à nouveau, rêva mieux. Et le joueur était l'univers. Et le joueur était l'amour.
Tu es le joueur.
Éveille-toi.

0 commentaires :